Les grands holdings familiaux : des objets mal identifiés ?

A l’issue de quarante années de forte croissance de l’économie et des bourses mondiales, les successions et cessions provenant de la recomposition d’industries ont généré un nombre important de holdings familiaux de grande taille dont l’ambition dépasse la simple diversification de risques patrimoniale.
En France, il y a aujourd’hui plus de 50 holdings familiaux de taille supérieure à 500 millions d’euros d’actifs, dont 30 de taille supérieure à 1 milliard et 10 de taille supérieure à 5 milliards (la participation dans l’entreprise historique représentant en moyenne moins de 50% du total). Aux États-Unis, ce nombre est de 900, 400 et 25 dans chacune des trois catégories. Mondialement, le nombre de ces holdings croît à 18% par an.
Certains de ces holdings, surtout lorsqu’ils sont de constitution récente, ont du mal à définir leur positionnement, leur stratégie, et par conséquent leur organisation.